Difference between revisions of "The Internet on paper"

From Mondothèque

Line 15: Line 15:
 
‘The Internet on paper’ traces various narrations of media in and around the work of Paul Otlet. It is a contribution in the context of Mondothèque, a platform for experiments by artists, archivists and activists concerned about the state of infrastructures for knowledge production.
 
‘The Internet on paper’ traces various narrations of media in and around the work of Paul Otlet. It is a contribution in the context of Mondothèque, a platform for experiments by artists, archivists and activists concerned about the state of infrastructures for knowledge production.
  
Whatever we may try to understand, the process of communication is always conditioned by techniques of articulation. Knowledge can hardly be replicated from one embodied mind across others simply because language, images and sounds are the stuff in between and tear us apart.  
+
Whatever we may try to understand, the process of communication is always conditioned by techniques of articulation. Knowledge can hardly be replicated from one embodied mind across others simply because language, images and sounds are the stuff in between and tear us apart.
 +
 
 +
== The library card ==
 +
 
 +
https://fr.wikisource.org/wiki/Livre:Otlet_-_Trait%C3%A9_de_documentation,_1934.djvu
 +
 
 +
https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Otlet_-_Trait%C3%A9_de_documentation,_1934.djvu/309
 +
https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Otlet_-_Trait%C3%A9_de_documentation,_1934.djvu/310
 +
 
 +
255.85 Notice catalographique.
 +
 
 +
Pour établir le catalogue, on dresse de tout ouvrage une notice qui en constitue la description signalétique.
 +
 
 +
1. Éléments de la notice. — La notice comprend : les vedettes, le corps de la notice (titre, collation, adresse bibliographique, contenu et notes bibliographiques).
 +
 
 +
A) Les vedettes sont formées des noms d’auteurs (ou de leur équivalent s’il s’agit d’ouvrages anonymes), des mots matières, du millésime des indices classificateurs (ou cote de placement). Les vedettes occupent la première ligne de la notice et le commencement de la seconde. Elles varient d’après la partie du catalogue à laquelle sont destinées les notices.
 +
 
 +
B) Le corps de la notice comprend : a) la description bibliographique ; b) le titre de l’ouvrage ; c) la collation ou description matérielle interne, spécifie le nombre de volumes, le format, la pagination, le nombre et la nature des cartes, plans, etc., qui constituent un ouvrage ; d) les renseignements d’édition (adresse bibliographique) comprenant le lieu d’impression et la firme (nom de l’éditeur), la date d’édition, le prix ; e) les notes comprennent des indications nécessaires à l’intelligence du titre ou relatives au contenu de l’ouvrage, sujets traités, parties et chapitres importants ; les renseignements essentiels au sujet de l’auteur, des détails bibliographiques historiques et des références qui ne figurent ni au titre, ni à l’adresse bibliographique, ni à la collation. La critique des ouvrages peut s’établir par des notes portant sur la valeur des ouvrages et leur utilisation, ou par des indications telles que celles-ci : ouvrage mauvais ou nul au point de vue de sa valeur scientifique intrinsèque, livre contraire à telle ou telle doctrine philosophique ou religieuse ; livre de moralité mauvaise ou douteuse ; livre à placer à part, en réserve et à communiquer à bon escient ; livre recommandé comme un des meilleurs de son espèce ; livre pour telle catégorie de lecteurs (enfants de tel âge, adolescents, femmes, etc.) ; ouvrage d’initiation, de préparation, de complément ; livre pour la vulgarisation ; livre pour les spécialistes ; livres utiles pour l’enseignement, les œuvres ou l’administration.
 +
 
 +
C) Cote de placement (lorsqu’il s’agit du catalogue d’une bibliothèque ou collection déterminée).
 +
 
 +
D) Destination de la notice. — Les notices catalographiques reposent sur une description des éléments principaux qui constituent les livres et sur les distinctions à établir entre les diverses variétés de ces éléments. Ces éléments ont été énoncés sous le n° 11.
 +
 
 +
"Un catalogue ne se lit pas. il se consulte."
 +
 
 +
Tableau des Règles Catalographiques
 +
<small>
 +
1. LES VEDETTES.
 +
 
 +
11. NOM DE FAMILLE OU NOM COLLECTIF DE L’AUTEUR.
 +
 
 +
Anagrammes. — Donner le nom de l’auteur, s’il est connu, avec renvoi à l’anagramme.
 +
 
 +
Anonymes. — Répertorier l’ouvrage au premier mot du titre, sans tenir compte de l’article pouvant se trouver en tête ; reproduire celui-ci entre parenthèses. Si l’auteur est connu, faire un renvoi à son nom et placer ce nom entre crochets ; s’il est supposé, le signaler par un (?).
 +
 
 +
Collaborateurs. — Le premier nom, ou le plus connu. Renvois aux autres (Voy. Anonymes). — Les œuvres de quatre auteurs, et plus, sont portées aux anonymes avec renvois aux noms des auteurs.
 +
 
 +
Femmes. — Sous leur nom indiqué sur l’ouvrage avec référence éventuelle au nom de jeune fille ou au nom du mari.
 +
 
 +
Illustrateurs. — Leur nom est porté sur la notice s’il figure sur la page titre et des notices spéciales leur sont réservées dans le catalogue alphabétique.
 +
 
 +
Initiales. — Les auteurs désignés par des initiales sont classés parmi les anonymes, à moins que l’on ne puisse identifier les initiales.
 +
 
 +
Noms composés. — Ne pas séparer deux noms réunis par un tiret « - ». Ex. : Petit-Radel.
 +
 
 +
Noms originaux. — Les noms sont reproduits dans leur forme originaire. Les noms, autrefois latinisés, sont écrits dans la forme qu’ils affectent dans leur langue maternelle, avec référence à la forme latine ou française plus connue (Pétrarque. Petrarca ; Cicéron, Cicero).
 +
 
 +
Noms multiples. — Mentionner d’abord le nom patronymique et d’origine pour les auteurs français, italiens, espagnols, allemands, etc. (Exceptions nombreuses, comme pour Fénélon, Voltaire.) — Pour les auteurs anglais le dernier nom est le principal, le premier jouant le rôle d’un prénom.
 +
 
 +
Particules. — Les particules de, d’, von (allemand), doivent être rejetées à la suite de la mention des prénoms, ou, à défaut de prénoms, placées entre parenthèses à la suite du nom. Ex. : Avezac (d’) ; Unienville (baron d’) ; Rauville (Hervé de) ; Magnon de St-Elïer (Ferdinand) ; Pelzeln (A. von). Les autres particules du, des, O’ (irlandais), Mc ou Mac (écossais), van, ten, ter, tot, de (néerlandais), da (portugais), den, zu, zum, zur (allemand) et les articles Le, La, Les font partie du nom. Ex. : Da Cunha ; Den Bush (von) ; Du Bois ; La Bourdonnais (Mahé de) ; Le Gentil ; L’Homme ; Mac Leod ; O’Brien ; Van der Maesen ; Van-Neck. Les noms des saints sont précédés des mots Saint ou Bienheureux. Personnages. — Si l’auteur est un personnage princier, antique ou mystique, on inscrit le nom sous lequel il est connu dans l’histoire. Il en est de même pour les noms des hommes illustres (ex. Michel-Ange).
 +
 
 +
Polyonymes. — Le véritable nom, ou le pseudonyme le plus répandu, avec renvois.
 +
 
 +
Prénoms joints. — Quand le prénom a été réuni au nom de famille par un tiret, inscrire le nom de famille et faire un renvoi au nom composé. Ex. : Martin, Voy, Aimé-Martin.
 +
 
 +
Pseudonymes. — Donner le nom de l’auteur s’il est connu, en le faisant suivre du pseudonyme entre crochets avec la mention pseud. Faire un renvoi au pseudonyme, en signalant celui-ci par la mention (pseud).
 +
 
 +
Signé. — Noter avec la mention (signé :) tout nom d’auteur ne figurant pas au titre, mais seulement en signature.
 +
 
 +
Traducteurs. — Indiquer seulement le nom de l’auteur avec renvoi à celui du traducteur. De même pour le préfacier, le commentateur.
 +
 
 +
Ouvrages collectifs. — Les revues, journaux, recueils, collections, figurent sous leur titre. Les publications et pièces officielles figurent sous le nom des administrations et organismes dont elles émanent : Ministère, Province, Commune, au nom de l’organisme le plus spécial avec référence générale unique à celui de l’organisme hiérarchique supérieur. Les publications des associations, académies, institutions, corporations, firmes, figurent sous le nom des entités dont elles émanent.
 +
 
 +
12. PRÉNOMS.
 +
 
 +
À la suite du nom, le ou les prénoms intégralement si possible, sinon les initiales en se conformant aux indications mêmes du livre. Unir les prénoms ou les initiales par un tiret. Les personnes qui, comme les princes souverains ont perdu, dans l’usage commun leur nom de famille seront citées par leur prénom, suivi du nom du pays et ensuite du n° d’ordre (ex. : Louis (France XIV).
 +
 
 +
13. TITRES ET QUALITÉS.
 +
 
 +
Certaines qualités (abbé, amiral, colonel, docteur, général) s’indiquent avant les prénoms ou initiales des prénoms, immédiatement après le nom. Mais il peut être indiqué comme il est dit ci-après sous 213.
 +
 
 +
14. CLASSIFICATION.
 +
 
 +
Mentionner, sur la même ligne que le nom de l’auteur, en alignant sur l’extrême droite de la notice, soit les indices classificateurs décimaux, soit les mots matières. Les indices portés ici varient pour chaque ouvrage suivant qu’il s’agit de notices principales ou secondaires (renvois).
 +
 
 +
15. MILLÉSIME.
 +
 
 +
Signaler le millésime (date) en tête de la seconde ligne, à gauche, sous le nom d’auteur et avant le titre. Le séparer du titre par un tiret. Lorsque l’auteur a pris date par le mois de l’année, l’indiquer, (Voir 223.)
 +
 
 +
2. CORPS DE LA NOTICE.
 +
 
 +
21. DESCRIPTION DE L’OUVRAGE.
 +
 
 +
211. Titre de l’ouvrage. — Reproduire intégralement, entre deux tirets, le titre de l’ouvrage (à moins qu’il ne soit trop long, en respectant son orthographe, même défectueuse ; mais en ce cas, signaler les fautes par l’indication entre parenthèses (sic). — Ne pas suivre la ponctuation du titre, si ce n’est dans les notices détaillées de livres rares, en faisant alors usage du signe | pour marquer la fin de chaque ligne et reproduire la disposition matérielle des titres. Ne pas reproduire les tirets qui peuvent se trouver dans les titres pour indiquer des parties ; les remplacer par d’autres signes, tels que : 1, 2… — Abréger éventuellement les titres trop longs en indiquant par des points… les parties supprimées. — Le caractère & doit être transcrit dans la langue du titre : et, and, und, en… — Les mots en d’autres langues que celle du titre se reproduisent en italiques. — N. B. — Le titre d’un mémoire ou d’un article paru dans un périodique s’énonce aussi intégralement. Comme source, on y fait mention seulement du nom du périodique, suivi de la ville d’édition et de la date (avec n°, éventuellement la série avec les pages initiales et finales). — Les articles sans titres sont répertoriés sous un titre sommaire précédé du mot : « Sur… » inscrit entre crochets [sur…]. Les notices qui décrivent les périodiques en tant que collections portent la périodicité, l’existence des tables, leur forme ; une † si le périodique a cessé de paraître.
 +
 
 +
212. Nom et prénom. — Répéter le nom et le prénom de l’auteur dans la copie du titre, qu’il précède ou suive le titre et indépendamment de la mention déjà faite en vedette sous 11.
 +
 
 +
213. Titres et qualités. — Citer ici les titres (nobiliaires ou épiscopaux) et les qualités, comme ils sont donnés sur la page titre. Ex. ; José-Maria de Hérédia, de l’Académie Française ; vice-amiral Jurieu de la Cravière, de l’Académie Française ; J.-B. Rolland, de Kessang, explorateur ; Mgr Amand-René Maupoint, Évêque de St-Denis (Réunion).
 +
 
 +
22. RENSEIGNEMENTS D’ÉDITION.
 +
 
 +
(Adresse bibliographique, collection, imprint. — N. B. S’il s’agit d’articles de périodiques, le titre et le lieu d’édition.)
 +
 
 +
221. Lieu d’édition. — L’indiquer en italiques et dans la langue du titre ; à son défaut noter en italiques (s. l.) sans lieu. Le lieu s’indique entre parenthèses lorsqu’il est notoirement connu, bien qu’omis dans le titre.
 +
 
 +
Indiquer éventuellement les tirages, avec précision s’ils sont opérés sur papiers spéciaux.
 +
 
 +
222. Firme (Éditeur). — La désigner, avec l’initiale du prénom ; à défaut constater l’absence du nom : (s. n.) sans nom.
 +
 
 +
223. Date. — L’indiquer en chiffres arabes, ou (s. d.) sans date, ou (s. l. n. d.) sans lieu ni date. Indiquer les dates extrêmes des premier et dernier volumes d’un ouvrage (1885-1893). Si la date est donnée à la fin du livre, de la dédicace ou de la préface, la noter entre parenthèses. La date figure aussi au millésime comme dit sous 115. Indiquer s’il y a lieu, les dates qu’indiquent les auteurs, d’achèvement ou remise du manuscrit, de lecture devant des associations, d’impression.
 +
 
 +
224. Édition. — Indiquer l’édition, sauf la première, à moins qu’il ne soit utile de la signaler. La mentionner à la place où elle est notée dans le titre, quand il y a des explications, et en tous cas avant le tiret ou l’alinéa qui doit précéder l’adresse. Indiquer éventuellement la date des diverses éditions.
 +
 
 +
225. Prix. — Si possible, indiquer le prix de l’ouvrage (prix marqué sur le volume). S’il s’agit d’un périodique, prix d’abonnement à l’année et au numéro, s’il est vendu ainsi.
 +
 
 +
23. COLLATION.
 +
 
 +
231. Nombre de volumes. — Indiquer : Un vol., 2 vol., 3 vol., ou encore 2 tomes en un vol.
 +
 
 +
232. Format. — Spécifier le format, entre parenthèses, en centimètres, hauteur d’abord (24 × 16 ½). On arrondit les fractions au demi-centimètre.
 +
 
 +
233. Pagination. — Spécifier le nombre de pages ou de colonnes (Ex. XXII — 572 pp. ou 1.144 col.) Compter le verso de la dernière page imprimée lorsqu’il a été laissé en blanc, mais non les pages suivantes bien qu’appartenant à la feuille d’impression. Dire si les volumes sont reliés ou brochés, tous étant destinée à leur mise en commerce. Sur les notices de catalogues indiquer si l’ouvrage a été ou non relié. Les reliures présentent un intérêt artistique ou historique.
 +
 
 +
234. Illustrations. — On distingue Les « vignettes » qui sont des illustrations imprimées sur les mêmes feuilles que le texte et qui entrent dans la pagination et les hors-texte, imprimés sur feuille distincte et non paginée. Signaler spécialement, et en indiquer le nombre s’ils sont hors-texte ou s’il s’agit d’un album ou d’un atlas : planche éventuellement en couleur (pl. pll.), figures (fig. figg.), frontispice (front.), portrait (port.), carte, plan. Signaler dans les notes ceux des documents de cette espèce qui sont incorporés dans le texte et qui présentent quelque intérêt spécial à faire ressortir.
 +
 
 +
3 NOTES.
 +
 
 +
a) Notes analytiques: contenu, chapitres importants. Éventuellement reproduction de la notice analytique insérée dans l’ouvrage même par l’auteur ou l’éditeur ; éventuellement le sommaire ou la table des matières ; l’indication annexe de bibliographie jointe à l’ouvrage ; l’indication des catégories de personnes auxquelles l’œuvre est destinée. b) Notes critiques : appréciation, utilité pour certaines catégories de lecteurs. c) Notes historiques : Sources ayant inspiré l’œuvre ; indication de la suite de l’œuvre, tels que procès, polémiques, imitation, traductions, supercheries, falsifications. Éventuellement indications relatives à la personnalité de l’auteur. d) Notes bibliographiques : références éventuelles à des notices descriptives plus complètes ou à des comptes rendus critiques importants. e) État physique : description de l’état physique de l’exemplaire s’il s’agit d’un catalogue. f) Classement : énumération des divers indices de la Classification décimale ou des mots matières sous lesquels l’ouvrage doit ou peut figurer dans la Bibliographie ou dans le Catalogue (analyse sous forme d’indice). g) Traces : indications sur les fiches principales de toutes les fiches additionnelles qui en ont été faites, de telle sorte qu’en cas de changement, de correction ou de déplacement, toutes les fiches se rapportant à un ouvrage puissent être retrouvées et que le changement puisse être apporté à travers tout le système. h) Lieux de dépôts : Dans les bibliographies il peut être utile d’indiquer la cote de la Bibliothèque Nationale du pays où est publié l’ouvrage, ou éventuellement celle d’autres bibliothèques. Pour les ouvrages précieux ou rares, notamment les manuscrits, indication éventuelle des lieux de dépôt.
 +
 
 +
4. PROVENANCE DE LA NOTICE.
 +
 
 +
Les fiches imprimées portent des indications de provenance afin de pouvoir à tout moment les identifier. Ces indications comprennent : 41 Le titre de la collection éditée à laquelle appartient la fiche avec le n° d’ordre de cette collection. Les fiches des contributions au Répertoire Bibliographique Universel (Bibliographia Universalis) portent le n° de ces contributions. 42 Le nom du bibliographe avec éventuellement la date de publication de la notice et le signe * (autopsie) s’il déclare avoir eu personnellement sous les yeux l’ouvrage décrit.
 +
 
 +
5. SERVICE INTÉRIEUR.
 +
 
 +
Tandis que toutes les autres indications de la notice sont générales, celle-ci se réfère uniquement au service intérieur,
 +
 
 +
51. Cote de classement.
 +
 
 +
La cote (call number) consiste en une marque ou symbole indiquant en abrégé respectivement la place, la classe, l’auteur, l’œuvre, la date et l’édition. La cote est la reproduction de celle placée sur le livre lui-même pour l’insérer à sa place propre sur les rayons. La cote est portée séparément dans les catalogues de bibliothèques même si elle est la même que l’indice de la classification décimale. Cette indication est utile pour les duplicata de la notice à entrer sous des indices décimaux autres que celui servant au placement sur les rayons. Elle est utile aussi pour les duplicata destinés au catalogue analytique par mots matières et dont ces mots prennent la place de l’indice décimal de la vedette.
 +
 
 +
52. Destination de la fiche. — On indique celle des parties du répertoire ou du catalogue à laquelle est destinée la fiche.</small>
 +
 
 +
 
 +
 
 +
Afbreekstreepje
 +
 
 +
 
 +
== UDC and the Semantic Web ==
 +
 
 +
If the Semantic Web is viewed as a global database, then it is easy to understand why one would need a query language for that data.
 +
In addition to the classic “Web of documents” W3C is helping to build a technology stack to support a “Web of data,” the sort of data you find in databases. 
 +
 
 +
If the Semantic Web is viewed as a global database, then it is easy to understand why one would need a query language for that data.
 +
 
 +
http://www.w3.org/standards/semanticweb/
 +
 
 +
http://www.mondotheque.be/udc/nomenclature-superp.php
 +
 
 +
http://www.mondotheque.be/udc/elagage.png
  
 
== Mundaneum ID ==
 
== Mundaneum ID ==

Revision as of 11:02, 12 March 2015

Presentation March 18 in Bergen, Norway. Contribution to The extensions of many, a seminar curated by Dušan Barok for BEK, Bergen Center for Electronic Arts.

Mondotheque

In 1934, documentalist Paul Otlet wrote:

“Humanity is at a turning point in its history. The mass of available information is formidable. New instruments are necessary for simplifying and condensing it, or the intellect will never know how to overcome the difficulties which overwhelm it, nor realise the progress that it glimpses and to which it aspires”.

Otlet considered radio, cinema, micro-fiche, phonograph and television all worthy substitutes for the book as information carrier. He envisaged them interconnected into a ‘radiated library’, an intellectual multi-media machine that would support the publication, consultation and creation of knowledge.

From industrial heartland to the Internet age (screen-capture). Video published by The Mundaneum, 2014

Since 1993, the remains of Otlet’s extensive collection of documents are being cared for by The Mundaneum archive center in Mons. Located in a former mining region in the south of Belgium, Mons is also right next to Google’s largest datacenter in Europe. Due to the recent re-branding of Otlet as ‘founding father of the Internet’, and ‘visionary inventor of Google on paper’, The Mundaneum has called international attention to his oeuvre. The Internet giant thankfully accepted the gift of posthumous francophone roots, and adopted The Mundaneum in return.

‘The Internet on paper’ traces various narrations of media in and around the work of Paul Otlet. It is a contribution in the context of Mondothèque, a platform for experiments by artists, archivists and activists concerned about the state of infrastructures for knowledge production.

Whatever we may try to understand, the process of communication is always conditioned by techniques of articulation. Knowledge can hardly be replicated from one embodied mind across others simply because language, images and sounds are the stuff in between and tear us apart.

The library card

https://fr.wikisource.org/wiki/Livre:Otlet_-_Trait%C3%A9_de_documentation,_1934.djvu

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Otlet_-_Trait%C3%A9_de_documentation,_1934.djvu/309 https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Otlet_-_Trait%C3%A9_de_documentation,_1934.djvu/310

255.85 Notice catalographique.

Pour établir le catalogue, on dresse de tout ouvrage une notice qui en constitue la description signalétique.

1. Éléments de la notice. — La notice comprend : les vedettes, le corps de la notice (titre, collation, adresse bibliographique, contenu et notes bibliographiques).

A) Les vedettes sont formées des noms d’auteurs (ou de leur équivalent s’il s’agit d’ouvrages anonymes), des mots matières, du millésime des indices classificateurs (ou cote de placement). Les vedettes occupent la première ligne de la notice et le commencement de la seconde. Elles varient d’après la partie du catalogue à laquelle sont destinées les notices.

B) Le corps de la notice comprend : a) la description bibliographique ; b) le titre de l’ouvrage ; c) la collation ou description matérielle interne, spécifie le nombre de volumes, le format, la pagination, le nombre et la nature des cartes, plans, etc., qui constituent un ouvrage ; d) les renseignements d’édition (adresse bibliographique) comprenant le lieu d’impression et la firme (nom de l’éditeur), la date d’édition, le prix ; e) les notes comprennent des indications nécessaires à l’intelligence du titre ou relatives au contenu de l’ouvrage, sujets traités, parties et chapitres importants ; les renseignements essentiels au sujet de l’auteur, des détails bibliographiques historiques et des références qui ne figurent ni au titre, ni à l’adresse bibliographique, ni à la collation. La critique des ouvrages peut s’établir par des notes portant sur la valeur des ouvrages et leur utilisation, ou par des indications telles que celles-ci : ouvrage mauvais ou nul au point de vue de sa valeur scientifique intrinsèque, livre contraire à telle ou telle doctrine philosophique ou religieuse ; livre de moralité mauvaise ou douteuse ; livre à placer à part, en réserve et à communiquer à bon escient ; livre recommandé comme un des meilleurs de son espèce ; livre pour telle catégorie de lecteurs (enfants de tel âge, adolescents, femmes, etc.) ; ouvrage d’initiation, de préparation, de complément ; livre pour la vulgarisation ; livre pour les spécialistes ; livres utiles pour l’enseignement, les œuvres ou l’administration.

C) Cote de placement (lorsqu’il s’agit du catalogue d’une bibliothèque ou collection déterminée).

D) Destination de la notice. — Les notices catalographiques reposent sur une description des éléments principaux qui constituent les livres et sur les distinctions à établir entre les diverses variétés de ces éléments. Ces éléments ont été énoncés sous le n° 11.

"Un catalogue ne se lit pas. il se consulte."

Tableau des Règles Catalographiques 1. LES VEDETTES.

11. NOM DE FAMILLE OU NOM COLLECTIF DE L’AUTEUR.

Anagrammes. — Donner le nom de l’auteur, s’il est connu, avec renvoi à l’anagramme.

Anonymes. — Répertorier l’ouvrage au premier mot du titre, sans tenir compte de l’article pouvant se trouver en tête ; reproduire celui-ci entre parenthèses. Si l’auteur est connu, faire un renvoi à son nom et placer ce nom entre crochets ; s’il est supposé, le signaler par un (?).

Collaborateurs. — Le premier nom, ou le plus connu. Renvois aux autres (Voy. Anonymes). — Les œuvres de quatre auteurs, et plus, sont portées aux anonymes avec renvois aux noms des auteurs.

Femmes. — Sous leur nom indiqué sur l’ouvrage avec référence éventuelle au nom de jeune fille ou au nom du mari.

Illustrateurs. — Leur nom est porté sur la notice s’il figure sur la page titre et des notices spéciales leur sont réservées dans le catalogue alphabétique.

Initiales. — Les auteurs désignés par des initiales sont classés parmi les anonymes, à moins que l’on ne puisse identifier les initiales.

Noms composés. — Ne pas séparer deux noms réunis par un tiret « - ». Ex. : Petit-Radel.

Noms originaux. — Les noms sont reproduits dans leur forme originaire. Les noms, autrefois latinisés, sont écrits dans la forme qu’ils affectent dans leur langue maternelle, avec référence à la forme latine ou française plus connue (Pétrarque. Petrarca ; Cicéron, Cicero).

Noms multiples. — Mentionner d’abord le nom patronymique et d’origine pour les auteurs français, italiens, espagnols, allemands, etc. (Exceptions nombreuses, comme pour Fénélon, Voltaire.) — Pour les auteurs anglais le dernier nom est le principal, le premier jouant le rôle d’un prénom.

Particules. — Les particules de, d’, von (allemand), doivent être rejetées à la suite de la mention des prénoms, ou, à défaut de prénoms, placées entre parenthèses à la suite du nom. Ex. : Avezac (d’) ; Unienville (baron d’) ; Rauville (Hervé de) ; Magnon de St-Elïer (Ferdinand) ; Pelzeln (A. von). Les autres particules du, des, O’ (irlandais), Mc ou Mac (écossais), van, ten, ter, tot, de (néerlandais), da (portugais), den, zu, zum, zur (allemand) et les articles Le, La, Les font partie du nom. Ex. : Da Cunha ; Den Bush (von) ; Du Bois ; La Bourdonnais (Mahé de) ; Le Gentil ; L’Homme ; Mac Leod ; O’Brien ; Van der Maesen ; Van-Neck. Les noms des saints sont précédés des mots Saint ou Bienheureux. Personnages. — Si l’auteur est un personnage princier, antique ou mystique, on inscrit le nom sous lequel il est connu dans l’histoire. Il en est de même pour les noms des hommes illustres (ex. Michel-Ange).

Polyonymes. — Le véritable nom, ou le pseudonyme le plus répandu, avec renvois.

Prénoms joints. — Quand le prénom a été réuni au nom de famille par un tiret, inscrire le nom de famille et faire un renvoi au nom composé. Ex. : Martin, Voy, Aimé-Martin.

Pseudonymes. — Donner le nom de l’auteur s’il est connu, en le faisant suivre du pseudonyme entre crochets avec la mention pseud. Faire un renvoi au pseudonyme, en signalant celui-ci par la mention (pseud).

Signé. — Noter avec la mention (signé :) tout nom d’auteur ne figurant pas au titre, mais seulement en signature.

Traducteurs. — Indiquer seulement le nom de l’auteur avec renvoi à celui du traducteur. De même pour le préfacier, le commentateur.

Ouvrages collectifs. — Les revues, journaux, recueils, collections, figurent sous leur titre. Les publications et pièces officielles figurent sous le nom des administrations et organismes dont elles émanent : Ministère, Province, Commune, au nom de l’organisme le plus spécial avec référence générale unique à celui de l’organisme hiérarchique supérieur. Les publications des associations, académies, institutions, corporations, firmes, figurent sous le nom des entités dont elles émanent.

12. PRÉNOMS.

À la suite du nom, le ou les prénoms intégralement si possible, sinon les initiales en se conformant aux indications mêmes du livre. Unir les prénoms ou les initiales par un tiret. Les personnes qui, comme les princes souverains ont perdu, dans l’usage commun leur nom de famille seront citées par leur prénom, suivi du nom du pays et ensuite du n° d’ordre (ex. : Louis (France XIV).

13. TITRES ET QUALITÉS.

Certaines qualités (abbé, amiral, colonel, docteur, général) s’indiquent avant les prénoms ou initiales des prénoms, immédiatement après le nom. Mais il peut être indiqué comme il est dit ci-après sous 213.

14. CLASSIFICATION.

Mentionner, sur la même ligne que le nom de l’auteur, en alignant sur l’extrême droite de la notice, soit les indices classificateurs décimaux, soit les mots matières. Les indices portés ici varient pour chaque ouvrage suivant qu’il s’agit de notices principales ou secondaires (renvois).

15. MILLÉSIME.

Signaler le millésime (date) en tête de la seconde ligne, à gauche, sous le nom d’auteur et avant le titre. Le séparer du titre par un tiret. Lorsque l’auteur a pris date par le mois de l’année, l’indiquer, (Voir 223.)

2. CORPS DE LA NOTICE.

21. DESCRIPTION DE L’OUVRAGE.

211. Titre de l’ouvrage. — Reproduire intégralement, entre deux tirets, le titre de l’ouvrage (à moins qu’il ne soit trop long, en respectant son orthographe, même défectueuse ; mais en ce cas, signaler les fautes par l’indication entre parenthèses (sic). — Ne pas suivre la ponctuation du titre, si ce n’est dans les notices détaillées de livres rares, en faisant alors usage du signe | pour marquer la fin de chaque ligne et reproduire la disposition matérielle des titres. Ne pas reproduire les tirets qui peuvent se trouver dans les titres pour indiquer des parties ; les remplacer par d’autres signes, tels que : 1, 2… — Abréger éventuellement les titres trop longs en indiquant par des points… les parties supprimées. — Le caractère & doit être transcrit dans la langue du titre : et, and, und, en… — Les mots en d’autres langues que celle du titre se reproduisent en italiques. — N. B. — Le titre d’un mémoire ou d’un article paru dans un périodique s’énonce aussi intégralement. Comme source, on y fait mention seulement du nom du périodique, suivi de la ville d’édition et de la date (avec n°, éventuellement la série avec les pages initiales et finales). — Les articles sans titres sont répertoriés sous un titre sommaire précédé du mot : « Sur… » inscrit entre crochets [sur…]. Les notices qui décrivent les périodiques en tant que collections portent la périodicité, l’existence des tables, leur forme ; une † si le périodique a cessé de paraître.

212. Nom et prénom. — Répéter le nom et le prénom de l’auteur dans la copie du titre, qu’il précède ou suive le titre et indépendamment de la mention déjà faite en vedette sous 11.

213. Titres et qualités. — Citer ici les titres (nobiliaires ou épiscopaux) et les qualités, comme ils sont donnés sur la page titre. Ex. ; José-Maria de Hérédia, de l’Académie Française ; vice-amiral Jurieu de la Cravière, de l’Académie Française ; J.-B. Rolland, de Kessang, explorateur ; Mgr Amand-René Maupoint, Évêque de St-Denis (Réunion).

22. RENSEIGNEMENTS D’ÉDITION.

(Adresse bibliographique, collection, imprint. — N. B. S’il s’agit d’articles de périodiques, le titre et le lieu d’édition.)

221. Lieu d’édition. — L’indiquer en italiques et dans la langue du titre ; à son défaut noter en italiques (s. l.) sans lieu. Le lieu s’indique entre parenthèses lorsqu’il est notoirement connu, bien qu’omis dans le titre.

Indiquer éventuellement les tirages, avec précision s’ils sont opérés sur papiers spéciaux.

222. Firme (Éditeur). — La désigner, avec l’initiale du prénom ; à défaut constater l’absence du nom : (s. n.) sans nom.

223. Date. — L’indiquer en chiffres arabes, ou (s. d.) sans date, ou (s. l. n. d.) sans lieu ni date. Indiquer les dates extrêmes des premier et dernier volumes d’un ouvrage (1885-1893). Si la date est donnée à la fin du livre, de la dédicace ou de la préface, la noter entre parenthèses. La date figure aussi au millésime comme dit sous 115. Indiquer s’il y a lieu, les dates qu’indiquent les auteurs, d’achèvement ou remise du manuscrit, de lecture devant des associations, d’impression.

224. Édition. — Indiquer l’édition, sauf la première, à moins qu’il ne soit utile de la signaler. La mentionner à la place où elle est notée dans le titre, quand il y a des explications, et en tous cas avant le tiret ou l’alinéa qui doit précéder l’adresse. Indiquer éventuellement la date des diverses éditions.

225. Prix. — Si possible, indiquer le prix de l’ouvrage (prix marqué sur le volume). S’il s’agit d’un périodique, prix d’abonnement à l’année et au numéro, s’il est vendu ainsi.

23. COLLATION.

231. Nombre de volumes. — Indiquer : Un vol., 2 vol., 3 vol., ou encore 2 tomes en un vol.

232. Format. — Spécifier le format, entre parenthèses, en centimètres, hauteur d’abord (24 × 16 ½). On arrondit les fractions au demi-centimètre.

233. Pagination. — Spécifier le nombre de pages ou de colonnes (Ex. XXII — 572 pp. ou 1.144 col.) Compter le verso de la dernière page imprimée lorsqu’il a été laissé en blanc, mais non les pages suivantes bien qu’appartenant à la feuille d’impression. Dire si les volumes sont reliés ou brochés, tous étant destinée à leur mise en commerce. Sur les notices de catalogues indiquer si l’ouvrage a été ou non relié. Les reliures présentent un intérêt artistique ou historique.

234. Illustrations. — On distingue Les « vignettes » qui sont des illustrations imprimées sur les mêmes feuilles que le texte et qui entrent dans la pagination et les hors-texte, imprimés sur feuille distincte et non paginée. Signaler spécialement, et en indiquer le nombre s’ils sont hors-texte ou s’il s’agit d’un album ou d’un atlas : planche éventuellement en couleur (pl. pll.), figures (fig. figg.), frontispice (front.), portrait (port.), carte, plan. Signaler dans les notes ceux des documents de cette espèce qui sont incorporés dans le texte et qui présentent quelque intérêt spécial à faire ressortir.

3 NOTES.

a) Notes analytiques: contenu, chapitres importants. Éventuellement reproduction de la notice analytique insérée dans l’ouvrage même par l’auteur ou l’éditeur ; éventuellement le sommaire ou la table des matières ; l’indication annexe de bibliographie jointe à l’ouvrage ; l’indication des catégories de personnes auxquelles l’œuvre est destinée. b) Notes critiques : appréciation, utilité pour certaines catégories de lecteurs. c) Notes historiques : Sources ayant inspiré l’œuvre ; indication de la suite de l’œuvre, tels que procès, polémiques, imitation, traductions, supercheries, falsifications. Éventuellement indications relatives à la personnalité de l’auteur. d) Notes bibliographiques : références éventuelles à des notices descriptives plus complètes ou à des comptes rendus critiques importants. e) État physique : description de l’état physique de l’exemplaire s’il s’agit d’un catalogue. f) Classement : énumération des divers indices de la Classification décimale ou des mots matières sous lesquels l’ouvrage doit ou peut figurer dans la Bibliographie ou dans le Catalogue (analyse sous forme d’indice). g) Traces : indications sur les fiches principales de toutes les fiches additionnelles qui en ont été faites, de telle sorte qu’en cas de changement, de correction ou de déplacement, toutes les fiches se rapportant à un ouvrage puissent être retrouvées et que le changement puisse être apporté à travers tout le système. h) Lieux de dépôts : Dans les bibliographies il peut être utile d’indiquer la cote de la Bibliothèque Nationale du pays où est publié l’ouvrage, ou éventuellement celle d’autres bibliothèques. Pour les ouvrages précieux ou rares, notamment les manuscrits, indication éventuelle des lieux de dépôt.

4. PROVENANCE DE LA NOTICE.

Les fiches imprimées portent des indications de provenance afin de pouvoir à tout moment les identifier. Ces indications comprennent : 41 Le titre de la collection éditée à laquelle appartient la fiche avec le n° d’ordre de cette collection. Les fiches des contributions au Répertoire Bibliographique Universel (Bibliographia Universalis) portent le n° de ces contributions. 42 Le nom du bibliographe avec éventuellement la date de publication de la notice et le signe * (autopsie) s’il déclare avoir eu personnellement sous les yeux l’ouvrage décrit.

5. SERVICE INTÉRIEUR.

Tandis que toutes les autres indications de la notice sont générales, celle-ci se réfère uniquement au service intérieur,

51. Cote de classement.

La cote (call number) consiste en une marque ou symbole indiquant en abrégé respectivement la place, la classe, l’auteur, l’œuvre, la date et l’édition. La cote est la reproduction de celle placée sur le livre lui-même pour l’insérer à sa place propre sur les rayons. La cote est portée séparément dans les catalogues de bibliothèques même si elle est la même que l’indice de la classification décimale. Cette indication est utile pour les duplicata de la notice à entrer sous des indices décimaux autres que celui servant au placement sur les rayons. Elle est utile aussi pour les duplicata destinés au catalogue analytique par mots matières et dont ces mots prennent la place de l’indice décimal de la vedette.

52. Destination de la fiche. — On indique celle des parties du répertoire ou du catalogue à laquelle est destinée la fiche.


Afbreekstreepje


UDC and the Semantic Web

If the Semantic Web is viewed as a global database, then it is easy to understand why one would need a query language for that data.

In addition to the classic “Web of documents” W3C is helping to build a technology stack to support a “Web of data,” the sort of data you find in databases.

If the Semantic Web is viewed as a global database, then it is easy to understand why one would need a query language for that data.

http://www.w3.org/standards/semanticweb/

http://www.mondotheque.be/udc/nomenclature-superp.php

elagage.png

Mundaneum ID

Screenshot from 2015-03-12 10-38-38.png
 Mundaneum idCaptionPersonSubjectCreatorRights
3Dcategories.pngEUM 14-120Dynamic visualization of the Plan MondialPaul Otlet
ARC-MUND-EUMC-3518-001 0.pngARC-MUND-EUMC-3518-001Schéma symbolisant la Cité Mondiale et le rattachement de tous les points de la Terre à la Cité. 07 mai 1943.Paul OtletPublic Domain
ARC-MUND-EUMC-3583-001 0.pngARC-MUND-EUMC-3583-001Atlas Bruxelles – Urbaneum - Belganeum - Mundaneum. Page de garde du chapitre 991 de l'Atlas de Bruxelles.Paul OtletPublic Domain
ARC-MUND-EUMC-3708-001.jpgARC-MUND-EUMC-3708-001Paul OtletPublic Domain
ARC-MUND-SPM-03-001 0.pngARC-MUND-EUMC-3518-001Paul OtletPublic Domain
ARC-MUNDA-EUMC-103-72.jpgARC-MUNDA-EUMC-103-72Paul OtletPublic Domain
ARC-MUNDA-EUMC-177.jpgARC-MUNDA-EUMC-177Paul OtletPublic Domain
ARC-MUNDA-EUMC3852.jpgARC-MUNDA-EUMC-3852Paul OtletPublic Domain
Bibliology.pngEUM 8435Bibliology-Documentation-Museography: Expression as a double interface between processes of documentation and of thoughtPaul Otlet
EUM3.Farde19.Documentation.jpgARC-MUNDA-EUM3??Paul OtletPublic Domain
Le monde en construction.pngEUM 9-81Otlet, ‘clavier’, manual and mechanical operationPaul Otlet
Mondial2.jpgARC-MUNDA-PV-RBU1900Office International de Bibliographie, Salle de repertoires
Multi otlet.jpgARC-MUNDA-EUMC-155-72Ce schéma de l'Encyclopedia Universalis Mundaneum illustre le côté précurseur de Paul Otlet en termes de télécommunication. Dès les années 1920, il imagine des systèmes de vidéoconférence et de consultation de livres à distance.Paul Otlet
Mundaneum and the world.pngEUM 14-120Mundaneum, transmitter of knowledgePaul Otlet
Travail intellectuel.pngEUM 8-74Otlet, ‘clavier’, manual and mechanical operationsPaul Otlet

Drawers

Scanning fingerprints

Glued cards

Scenography

Mess

Otlet's teapot + falling papers

The WeTransfer files: filesharing

The Technical problem

Michael Moss

Licenses

UDC